Rappel de la réglementation en matière de pêche à l’aimant

 
 
La pêche à l’aimant est une pratique qui tend à se développer et qui est souvent présentée comme une activité de loisir et une dépollution bénévole des cours d’eau.
Cette activité est toutefois dangereuse et considérée comme illégale si elle est effectuée sans autorisation administrative.

Une activité réglementée

Les règles de la pêche à l’aimant sont identiques à celles encadrant la détection d’objets enfouis, à savoir :

  • sur les terrains privés (forêts, terrains, puits, étangs …) l’autorisation du propriétaire est requise. En outre, si l’objet de la pêche a pour but la recherche d’un objet intéressant l’histoire, la préhistoire, l’art ou l’archéologie, l’autorisation du préfet est obligatoire.
  • dans les cours d’eau, lacs, rivière, fleuves et canaux, l’autorisation de l’État, propriétaire des biens sous-marins, est requise.

Des risques réels pour les personnes

Des objets dangereux sont susceptibles d'être découverts lors de pêche à l'aimant comme des munitions dont la manipulation peut engendrer des risques :

  • d’explosion de la munition lors de la manipulation ;
  • de fuite d’un produit incendiaire pouvant entraîner une auto-inflammation ;
  • de fuite d’un agent toxique de guerre, entraînant une intoxication ou une contamination ;
  • d’un détournement de la munition pour une action malveillante.

Le préfet de l’Indre appelle à la plus grande vigilance et à ne pas pratiquer la « pêche à l’aimant » sans autorisation.

Conseils en cas de découverte fortuite d’une munition

  • Interdisez à quiconque d’y toucher. En cas d’accident, votre responsabilité pourrait être engagée.
  • Marquez l’emplacement de l’engin par un repère quelconque afin de faciliter l’intervention des démineurs.
  • Restez discret pour éviter d’attirer les curieux.
  • Prévenez la mairie, la gendarmerie ou la police, ce sont eux qui avertiront les autorités compétentes selon une procédure particulière, et qui prendront les mesures qui s’imposent.