Brèves

Communiqué de presse

 
 

Lundi soir à l’hôtel de ville s'est réuni, sous la présidence du maire, le conseil intercommunal de sécurité et de prévention de la délinquance (CISPD) en formation restreinte (ville de Châteauroux) en présence notamment du préfet et de la procureure de la République.

Les participants se sont accordés sur la nécessité de redonner toute sa place à l’instance du CISPD, dès lors que ses travaux se voudraient résolument opérationnels, et plus réguliers que par le passé.

Après une présentation des chiffres de la délinquance, le CISPD a notamment décidé de valider l’expérimentation, en cours depuis fin juillet, du déport des images de vidéoprotection de la place de la République vers le poste de commandement de la DDSPdirection départementale de la sécurité publique, qui permet depuis une surveillance continue des lieux et des délais d’intervention extrêmement brefs en cas d’incident. Cette décision s’inscrit dans le cadre plus large de la coopération étroite entre les services des polices nationale et municipale, comme l’illustre le renforcement des patrouilles conjointes pédestres, notamment au centre-ville.

 Le préfet et le DDSPdirection départementale de la sécurité publique adjoint ont par ailleurs présenté l’effet concret des 17 créations de postes au sein de la sécurité publique depuis le début de l’année ; ces renforts, annoncés le 22 mars dernier par le ministre de l’Intérieur, permettent depuis début septembre un renforcement sans précédent de la présence sur la voie publique, de jour comme de nuit (BAC mixte et police secours), avec à tout instant une à deux patrouilles supplémentaires. 

Ces renforts humains bénéficient en outre de moyens techniques nouveaux, notamment des véhicules neufs et, depuis lundi, des caméras piétons de nouvelle génération. 

En parallèle, le maire a annoncé une augmentation de 40 % des effectifs de la police municipale d’ici 2024, de 23 à 33 agents, dont 2 de plus dès 2021.

Enfin, la volonté de renforcer l’effectivité de la réponse apportée aux incivilités et infractions contraventionnelles est partagée par tous ; ainsi, en lien étroit avec la procureure de la République, le maire a décidé d’instaurer sur la ville la procédure du rappel à la loi, afin de créer un outil supplémentaire dans la lutte contre les incivilités du quotidien. 

Dans le même esprit, et pour renforcer cette fois la réponse aux actes de primo-délinquance notamment, le CISPD s’est accordé sur la nécessité de renforcer l’offre de travail d’intérêt général et de travail non rémunéré (TIG, TNR), en lien avec le service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) et la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), s’agissant des mineurs.

Pour consolider cette dynamique et ces engagements réciproques entre les services de la préfecture et de la ville, il a par ailleurs été convenu de conclure d’ici le mois de novembre un contrat de sécurité intégrée, à l’instar d’autres métropoles (Rennes, Clermont-Ferrand, Arles, etc.). 

Un CISPD plénier sera par ailleurs réuni d’ici la fin de l’année pour décider d’une évolution de la gouvernance des questions de prévention de la délinquance à l’échelle de l’agglomération ; sans attendre cette échéance est mise en place une instance de suivi mensuelle (ville, préfecture, parquet, DDSPdirection départementale de la sécurité publique, PM) chargée de poursuivre la réflexion engagée par le CISPD sur des problématiques prioritaires (tranquillité des riverains et vie nocturne ; occupation indue de l’espace public ; action renforcée contre les trafics de stupéfiants, etc.).

> CISPD - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,03 Mb

 
 

Documents listés dans l’article :