Vigilance sécheresse exceptionnelle dans l’Indre

 
 
Vigilance sécheresse exceptionnelle dans l’Indre

L’Observatoire des ressources en eau (ORE) de l’Indre a été consulté ce mardi 29 novembre pour examiner la situation du département de l’Indre face à la sécheresse.

Depuis la fin de l’été, l’Indre continue de connaître une sécheresse qui dure : il est encore observé la présence d’assecs sur plusieurs affluents, les débits de certains cours d’eau suivis peinent à remonter au-dessus des seuils de restrictions et la recharge nappes phréatiques n’a pas encore véritablement commencée. Même si les précipitations des dernières semaines améliorent brièvement la situation hydrologique, les effets s’estompent rapidement puisque les débits de base fournis par les nappes phréatiques ne s’améliorent que très lentement.

L’arrêté n° 36-2022-10-26-00002 du 26 octobre 2022 a placé le département de l’Indre en vigilance sécheresse depuis le 1er novembre 2022 et pour une durée d’un mois. Au vu de la situation hydrologique décrite ci-dessus, il convient de garder le niveau de vigilance sécheresse jusqu’à la fin de l’année 2022. Si le retour à une situation hydrologique normale se confirme, ce niveau de vigilance ne serait pas reconduit au début de l'année 2023.

Par conséquent, l’arrêté de restriction qui entre en vigueur le jeudi 1erdécembre 2022 à 00h maintient tout le département de l’Indre en situation de vigilance :

> Arrêté 36-2022-12-01-00002 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 1,88 Mb

ore

Cette situation de vigilance appelle à la sensibilisation aux économies d’eau de la part de toutes les catégories d’usagers : particulier, collectivités, agriculteurs, industriels et toute autre profession, incitant chacun à réduire sa consommation d’eau et à éviter les usages qui ne sont pas indispensables. Chaque usager doit porter une attention toute particulière à ses besoins en eau et limiter au strict nécessaire sa consommation d’eau quelle que soit l’origine de la ressource. En particulier, le début du remplissage des retenues de substitutions, en principe possible dès le mois de novembre, pourra être utilement différé jusqu’à ce que les cours d’eau aient au moins dépassés les niveaux des seuils de restriction sécheresse sur les bassins concernés.

L’ensemble des acteurs est appelé à s’engager dans des démarches de sobriété dans les usages de la ressource en eau, l’étiage n’est pas encore terminé et des situations de ruptures d’alimentation en eau potable sont toujours possibles.