Traitement des demandes de reconnaissance de l'Etat de catastrophe naturelle

 
 
Suite aux récentes intempéries et inondations, la préfecture a transmis au ministère de l’Intérieur les demandes de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle qui lui ont été communiquées par les communes.

 

Dans le cadre de la procédure accélérée, la commission nationale a retenu dans un premier temps, au regard des éléments qui ont été fournis par MétéoFrance et par les services en charge des cours d’eau, les 28 communes suivantes :

 BÉLABRE, BOMMIERS, CHABRIS, CHATILLON/INDRE, CHAZELET, CONCREMIERS, DOUADIC, DUN LE POELIER, FONTGUENAND, ISSOUDUN, MARTIZAY, MAUVIÈRES, MÉRIGNY, MÉZIÈRES EN BRENNE, NEUILLAY LES BOIS, OULCHES, PALLUAU/INDRE, PRISSAC, SAINT GENOU, SAINT HILAIRE/BENAIZE, SAINT MICHEL EN BRENNE, TOURNON SAINT MARTIN, VALENCAY, VAL-FOUZON, VENDOEUVRES, LA VERNELLE, VEUIL, VILLENTROIS.

 Les particuliers habitant ces communes qui ont subi des dommages sur leurs habitations, doivent s’adresser à leur assureur dans un délai de 10 jours à compter du 9 juin (date de la parution du journal officiel).

 Ils leur appartient de faire l’état de leurs pertes (meubles et biens perdus ou endommagés par l’inondation) et dans la mesure du possible de réunir à l’appui, des factures d’achat ou réparation, photographies, certificats d’authenticité, rapports d’expertise, actes notariés, estimations des biens mobiliers de valeur...

 Les dossiers non retenus dans le cadre de la procédure accélérée, seront évidemment à nouveau examinés dans le cadre de la procédure classique.

 Les autres demandes de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle qui continuent de parvenir en préfecture sont transmises régulièrement au ministère de l’Intérieur pour être examinées par la commission nationale qui se réunira très prochainement.

 Parallèlement, un travail est en cours pour les exploitations ou entreprises qui ont été touchées par cet épisode exceptionnel.